À propos de l'exposition

« Jam Session » au 34 rue de Seine. Dans la tradition du minimalisme américain, Tom Johnson réalise des oeuvres aussi épurées que complexes pour nous faire éprouver les vertiges de l'arithmétique.

Communiqué

Ces dessins proposent de multiples par - cours entre les qualités esthétiques des formes, la musicalité des partitions et la logique des nombres. Une très longue portée musicale de John Cage vient offrir un contrepoint aléatoire aux dessins com - binatoires de Tom Johnson. Scala de Gregor Hildebrandt fait echo aux bandes magnétiques des Canal Street de Bernard Heidsieck. Des partitions de Franck Leibovici, réa - lisées à partir de dossiers caviardés de Wikileaks , tirés de son mini-opéra pour non musiciens, sont suspendues en attente de voix pour les chanter. Les sculptures d?enceintes de Sadaane Afif offrent la diffusion imaginaire du son retransmis de LLos Angellles à Paris par Robert Filiou. Dans les travées de cet orchestre, chacun peut emprunter les différentes passerelles qui relient la vision à l?écoute.