À propos de l'exposition

Traverser une exposition de Franz West, c?est entrer dans un champ d?astéroïdes, venus de différentes galaxies. Les formes et les couleurs de chacun d?entre eux retracent le récit d?une trajectoire que le spectateur doit chercher à reconstituer.

Des galaxies, Franz West en a traversées, puisqu?il a reconnu sa dette à l?actionnisme viennois, s?est inspiré de l?Arte Povera, a été considéré comme l?un des précurseurs de l?esthétique relationnelle et s?est incontestablement rapproché de l?expressionnisme abstrait.

Né en 1947, Franz West forge ses sculptures à partir de simples morceaux de papier mâché, un matériau abordable et facile à utiliser, souvent récupéré dans les rues. Destinés à être manipulées par le spectateur, ses premières sculptures sont toujours blanches. Dans l?esprit de l?artiste, cette absence de couleur signifie qu?elles ne sont dotées d?aucune autre vie que celle que chacun peut lui communiquer. 

Lorsqu?il prend finalement la décision de peindre, les sculptures gagnent une nouvelle dimension. Projetée avec énergie, la peinture imprime de la vitesse à ses objets. Pour saisir ce mouvement, les spectateurs sont invités à tourner autour de ces roches de papier mâché et sommés de se mettre en orbite.

Immergés au milieu des peintures murales de Thu Van Tran, les objets de Franz West roulent au sein d?un firmament composé de couches de caoutchouc et de pigment. Au prisme de cette éclatante lumière, les sculptures et les hommes semblent voler en apesanteur. Cette sensation de liberté enferme cependant une histoire d?oppression qui nous renvoie à la réalité la plus rugueuse.

Les peintures de cette artiste française d?origine vietnamienne sont des instants de beauté volée. Mais elles portent aussi en elles la mémoire de la violence coloniale. Répandu sur les murs par l?artiste, le caoutchouc est extrait de l?hévéa par saignées successives, imposées à l?arbre par les mains expertes des ouvriers agricoles, eux-mêmes soumis au joug des directeurs de plantations.

Cette histoire de violence, Franz West l?aurait d?autant moins reniée que son ?uvre s?est également déployée sur fond de destruction de l?Europe, et que ses sculptures sont aussi les décombres d?une civilisation engloutie, qui n'a peut-être pas survécu à la guerre mondiale. JS