À propos de l'exposition



« Au tra­vers de mon tra­vail, je cher­che à inter­ro­ger les dif­fé­ren­tes formes d’agis­se­ment de l’homme dans le monde, notre façon de gérer l’espace urbain et les pou­voirs établis. Comme nous nous loca­li­sons et trans­for­mons ce qui nous entoure comme une réac­tion aux limi­tes ter­ri­to­ria­les préé­ta­blies, à nos stra­té­gies de trans­for­ma­tion et de survie ; la réac­tion de l’élément domi­nant, à savoir l’homme, la nature ou l’archi­tec­ture dans un pro­ces­sus continu de chan­ge­ment, établissant une cir­cu­la­rité entre ces éléments, sans qu’il soit permis de créer une hié­rar­chie cons­tante. Tantôt domi­nants, tantôt domi­nés ; la cons­truc­tion, qui pour se faire, détruit ; les ruines qui se recons­trui­sent ; la des­truc­tion qui trans­forme ; une trans­po­si­tion cons­tante de maté­riaux résul­tant de pro­ces­sus de cons­truc­tion et de des­truc­tion et une démar­ca­tion de ter­ri­toi­res d’action du pou­voir à partir d’atti­tu­des sim­ples. La recher­che de cette nou­velle réa­lité sou­li­gne l’état tran­si­toire des choses et crée la pos­si­bi­lité de com­pren­dre des ryth­mes et des vites­ses dif­fé­rents. Cela engen­dre un cycle de trans­for­ma­tion qui révèle un temps d’usage et d’usure, par­fois même jusqu’à la pénu­rie totale. Cette recher­che établit aussi la créa­tion de champs de ten­sion. Avec mon tra­vail, je cher­che à rame­ner la dis­cus­sion du monde au centre de la dis­cus­sion sur l’art. Je crée des arti­fi­ces pour dis­cu­ter l’arti­fice. »


André Komatsu




Infos pratiques


Du 9 avril au 22 mai 2010. Vernissage le 8 avril 2010 de 18 à 21h.